5 signes que vous êtes un vrai matero

Si beaucoup ont peur de se lancer dans l’univers maté à cause de mauvaises expériences ou bien par croyance populaire, lorsque l’on franchit le cap, il est difficile de se passer de son maté !

Après s’être initié à la boisson, son rituel et ses bienfaits, on se met à regretter de ne pas avoir découvert le maté plus tôt !

Mais alors, quels sont les signes que l’on est un vrai maté addict ?

SOMMAIRE

  1. Vous sortez rarement sans votre maté
  2. Vous partagez votre maté à tout-va
  3. Vous êtes imbattable sur l’univers du maté
  4. Vous commencez à revoir votre consommation de café
  5. Vous êtes sur les nerfs quand on touche la bombilla

 

Vous sortez rarement sans votre maté

partager mate

Randonnée, mais jamais sans son maté!

Qu'est-ce qui rend le maté si unique en son genre ?

Sans doute son matériel si particulier et le rituel presque cérémonial qui entoure la préparation de la boisson. Encore peu connu en France, vous balader avec votre kit maté suscitera forcément beaucoup de questions autour de vous et nombreux seront les regards curieux qui se poseront sur vous !

Alors oui, vous êtes un vrai matero si vous êtes fier de brandir en n’importe quelle circonstance votre magnifique calebasse accompagnée de son thermos (évidemment).

 

Vous partagez votre maté à tout-va

Oui, oui et encore oui ! Le maté, c’est le partage et vous l’avez bien compris. Alors à chaque fois que vous retrouvez des amis ou votre famille, il faut absolument que vous fassiez goûter votre maté !

Bien sûr, vous vous heurtez souvent à des commentaires comme : “Je ne sais pas trop, on m’a dit que c’était amer…” ou bien “J’ai déjà goûté, je ne suis pas très fan si je me souviens bien”. Heureusement, aujourd’hui vous avez la réplique facile : “Mais non, là c’est un maté YVY, c’est différent !”.

Vous avez réussi votre coup et vous êtes fier d’avoir fait un nouvel adepte !

 

Vous êtes imbattable sur l’univers du maté

gauche argentin mate

Une calebasse à maté traditionnelle

Calebasse, bombilla, matero, yerba et on en passe, tout le vocabulaire du maté n’a plus aucun secret pour vous ! La culture sud-américaine vous passionne de plus en plus et vous pensez même à partir à la rencontre des gauchos, fouler la terre du maté et vous imprégner de cette culture à tout jamais.

Vous commencez même à penser à vous inscrire à un cours d’espagnol pour impressionner tous vos amis aux prochaines soirées !

 

Vous commencez à revoir votre consommation de café

Votre plus grand regret ? Ne pas avoir découvert le maté plus tôt, et ça, ça vous énerve au plus haut point ! Vous commencez à vous remémorer les centaines de litres de mauvais café que vous avez ingurgités toutes ces années pour vous donner un coup de pep’s (des fois trop), au détriment de votre santé.

Aujourd’hui, vous ne comprenez pas comment on peut continuer à boire ça, hormis pour se faire plaisir avec un grand cru de temps à autre.

Parce que oui, on peut être un vrai matero et apprécier les saveurs d’un bon café !

 

Vous êtes sur les nerfs quand on touche la bombilla

Combien de fois, lorsque vous tendez un maté à un ami pour la première fois, vous l’avez vu remuer la bombilla dans la calebasse ? Rien de plus agaçant que de voir sa belle préparation se transformer en une vulgaire soupe…

Vous l’avez compris et intégré, maintenant, avant même de passer la précieuse calebasse vous mettez en garde : “No se toca la bombilla!!”.

En plus, ça vous permet de lui faire un petit cours sur l’art du maté, et ça, c’est toujours plaisant !

Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés